Image
IFcinéma
© DR

La plateforme de diffusion de films IFcinéma fait peau neuve

Cinéma
Mis à jour le 16/12/2019

L’Institut français lance le 10 décembre 2019 une toute nouvelle version de sa plateforme de diffusion de films développée par ARTE.

IFcinéma propose environ 2500 films français et 600 films issus de la Cinémathèque Afrique pour l’organisation de projections publiques et non-commerciales. A cette offre s’ajouteront des contenus alternatifs de réalité virtuelle et de spectacle filmé. A partir du 10 décembre, le réseau des établissements culturels français à l’étranger et ses partenaires pourront commander des films en téléchargement ou sur supports physiques (DCP, Blu-ray, 35 mm, etc.) sur une plateforme unique. Une ligne éditoriale pointue aidera à la programmation de rétrospectives, de cycles thématiques et de festivals. Des partenariats, tel qu’avec My French Film Festival d’UniFrance, le festival Premiers Plans, l’ACID ou encore le Mois du Doc permettront d’enrichir l’offre disponible et de faire voyager le cinéma dans toute sa diversité dans le monde entier.

Explications de Marion Thévenot et Christine Amtmann, du pôle Cinéma français

Pourquoi une nouvelle plateforme ?

Marion Thévenot : Nos deux plateformes – le catalogue de films en ligne et IFcinéma – étaient vieillissantes. Nous avons souhaité les fusionner et proposer une seule plateforme bilingue rassemblant toute notre offre et intégrant des contenus alternatifs de réalité virtuelle et de spectacle filmé. Qu’ils veuillent commander des films en téléchargement ou sur supports physiques (DCP, Blu-ray, 35 mm, etc.), les utilisateurs auront désormais recours à une plateforme unique.

 

Quels sont les plus de la nouvelle plateforme ?

Marion Thévenot : La ligne éditoriale a été entièrement repensée et des mises en avant seront régulièrement proposées pour mieux aider le réseau culturel français et ses partenaires à la programmation de rétrospectives, de cycles thématiques ou de festivals. Les contenus liés à nos partenariats, notamment avec My French Film Festival, UniFrance, le festival Premiers Plans d’Angers, le Mois du film documentaire ou encore la Fête du cinéma d’animation, seront aussi plus visibles. La plateforme permettra enfin de récolter des statistiques plus précises, parmi lesquels des bilans des projections organisées par le réseau culturel français à l’étranger, ce qui permettra de mieux valoriser l’ensemble de cette programmation à l’international et de mieux adapter l’offre.

 

À quels usagers s’adresse la plateforme et que leur apportera-t-elle ?

Christine Amtmann : La plateforme s’adresse à la fois aux Alliances françaises, aux Instituts français et Services culturels des ambassades, aux partenaires culturels et éducatifs – salles de cinéma locales, festivals, universités, bibliothèques, etc. – et aux enseignants. L’offre de films est proposée à 150 pays, qui organisent, à l’heure actuelle, plus de 40 000 projections par an. Certains films peuvent avoir jusqu’à 25 langues de sous-titrage !

Sur la nouvelle plateforme IFcinéma, les utilisateurs disposeront des relevés de dialogue et d’un fichier de sous-titres en français et en anglais, au sein d’un « Kit de ressources ». Ces sous-titres, incluant des timecodes pour la synchronisation, pourront servir à des traductions dans d’autres langues. La plateforme aura aussi une dimension collaborative : les utilisateurs pourront désormais commenter les films et la programmation.

 

Vous avez choisi comme prestataire Arte France Développement. Comment s’est construit le partenariat ?

Marion Thévenot : Arte France Développement a été sélectionné dans le cadre d’un appel d’offres. C’est la proposition d’Arte qui était la meilleure. Nos deux institutions ont par ailleurs de fortes affinités dans les choix de programmation et une vision commune du service public. La collaboration s’est imposée.

 

Quel est le rôle de chacun ?

Christine Amtmann : Arte a conçu la technologie de la nouvelle plateforme. Il a aussi la charge de l’exploitation et de la vie de la plateforme ainsi que du service client.

Marion Thévenot : De son côté, l’Institut français gère l’éditorialisation, la mise en ligne des contenus, la gestion des utilisateurs et, bien entendu les bilans de projections, cruciaux pour donner plus de poids à la communication autour des actions de l’Institut français, acteur majeur de la diffusion non commerciale du cinéma français à l’international.

 

Quelles sont vos attentes concernant cette nouvelle version d’IFcinéma ?

Christine Amtmann : Nous espérons que le réseau culturel français sera satisfait de cette offre qui se veut plus simple et plus intuitive, et qu’il aura, grâce à elle, une meilleure connaissance des possibilités de programmation !

 

Marion Thévenot : Nous aimerions amorcer avec cette plateforme une relation plus collaborative avec les postes pour qu’IFcinéma permette davantage d’échanges de programmations, de bonnes pratiques, voire d’éléments de communication, comme l’interview d’un cinéaste.