Image
Année de la France en Chine
Crédits
Travail in situ de Daniel Buren au Temple du ciel, Beijing © DR

Année de la France en Chine

Chine
France
Du 1 octobre 2004 au 30 septembre 2005
Deuxième volet des Années croisées France-Chine après le succès de l’Année de la Chine en France (2003-2004), l’Année de la France en Chine a compté plus de 300 manifestations organisées à travers tout le territoire d'octobre 2004 à septembre 2005, destinées à présenter au public chinois les différentes facettes de la créativité française.

Un événement culturel sans précédent dans l'histoire des relations entre la Chine et la France, mais aussi le premier échange culturel de cette envergure organisé à l'étranger depuis la fondation de la République populaire de Chine, où les chefs d'œuvre du patrimoine français ont été autant mis en valeur que le dynamisme de la scène artistique contemporaine ou encore les grandes réalisations scientifiques et techniques françaises.

 

L’Année de la France en Chine a été inaugurée les 9 et 10 octobre 2004 à l'occasion de la visite d'Etat du président Jacques Chirac, avec l’ouverture d’une exposition sur le design et la création industrielle présentée en même temps qu'une exposition sur l'impressionnisme, tandis que le ciel de Pékin accueillait à la fois la Patrouille de France et les lasers du concert de Jean-Michel Jarre.

Des centaines de manifestations s'en sont suivi, de Pékin à Shanghai, de Canton à Hong-Kong mais aussi à Chengdu, Chongqing, Shenzhen, Wuhan, et dans de nombreuses autres villes chinoises.  

Parmi la vingtaine de temps forts de la programmation, l’on peut par exemple citer de grandes manifestations en plein air destinées à un très large public, et susceptibles d'être spontanément associées à la France : le grand spectacle d'ouverture de Jean-Michel Jarre dans la Cité interdite à Pékin, retransmis en direct à la télévision chinoise et sur de multiples écrans géants disséminés dans la ville capitale. Ou encore les spectacles pyrotechniques du groupe F à Shanghai (en ouverture du Festival international des arts) puis à Shenzhen, Chengdu et Macao ; « L’incroyable pique-nique » sur la Grande Muraille de Chine, sans compter les nombreux festivals de cinéma en plein air ou les manifestations réalisées à l'occasion de la Fête de la musique. L'esprit de création français a également été célébré notamment par d’importantes expositions, parmi lesquelles « Design d'en France, cent objets pour raconter le XXe siècle » à Pékin, Shanghai et Shenzhen. Mais également des expositions consacrées à l'architecture et au développement durable, ou au tourisme et à l'art de vivre grâce à une visite virtuelle de Paris et des régions françaises. De nombreux autres événements ont par ailleurs eu lieu dans les domaine du design et de la mode, avec notamment une exposition consacrée à Andrée Putman, une autre à Christian Lacroix, et plusieurs défilés de mode dont un dédié aux jeunes créateurs, présenté lors de la “Semaine de la mode” de Pékin.  

Dans le domaine patrimonial, l’exposition « Trésors impressionnistes des collections nationales françaises » a réuni une cinquantaine de chefs-d'œuvre des plus grands maîtres français de l'Impressionnisme (dont la grande majorité provenant du musée d'Orsay) à Pékin, Shanghai et Hong-Kong (800.000 visiteurs), alors que « Louis XIV, Roi-Soleil » était présenté à la Cité interdite de Pékin puis à Shanghai. L'art contemporain et la photographie ont également fait l'objet de grandes expositions : « Nouvelles vagues: un point de vue sur l'art français contemporain » (collections du Centre Pompidou) à Pékin, Shanghai, Canton et Macao, ou « Paris à Shanghai : trois générations de photographes français » de Robert Doisneau et Brassai à nos jours. Mais également une exposition sur le “Paris des photographes” organisée par le Centre Pompidou, et “Objectif Paris” réalisée par la Ville de Paris ; une exposition de vidéos par Michel Nuridsany à Shanghai, Pékin et Canton, et plusieurs projets monographiques consacrés à Richard Texier (à Shanghai), Daniel Buren (au Temple du Ciel à Pékin puis à Hangzhou et Shenzhen), Yan Pei Ming (au musée des Beaux-Arts de Shanghai), Fabrice Hybert (à Shanghai) ainsi que les photographes Pierre et Gilles, ou une exposition Picasso-Miró soutenue par le Conseil général des Alpes-Maritimes.  

Dans le domaine des arts de la scène, la programmation a présenté à la fois l'opéra baroque “Les Paladins” à Shanghai, opéra de Jean-Philippe Rameau sous la direction de William Christie, interprété par les Arts Florissants et mis en scène par José Montalvo, que les “Contes d'Hoffmann”, production de l'Opéra national de Chine dont la mise en scène a été confiée à Daniel Mesguich ; “Roméo et Juliette” dans une production du Capitole de Toulouse, ou “Sylvia”, réalisée par le Ballet national de Chine avec le concours de l'Opéra de Paris, mais également les chorégraphies de Philippe Decoufflé et Angelin Preljocaj, une tournée de du Ballet de l'Opéra de Lyon et de l'Orchestre de Paris à Pékin, Shanghai, Canton, Hong Kong, ou une édition des Transmusicales de Rennes à Pékin. Enfin, on peut citer parmi les grands événements l’invitation d'honneur de la France au Salon international du livre de Pékin, ou encore le Forum sur l'innovation et la valorisation de la recherche réunissant plusieurs centaines de personnalités du monde scientifiques et de l'entreprise à Pékin. Un important volet de colloques a également été prévu, de même que des salons de l'éducation, et l'accueil d'étudiants chinois dans les grandes écoles françaises a été facilité.  

Les échanges entre universités, partenaires scientifiques, entreprises, institutions artistiques et culturelles auxquels a donné lieu l'Année de la France en Chine avient vocation à se prolonger bien au-delà de cette Année. En ce sens, la création d'un Institut technologique franco-chinois, la mise en place d'un nouvel Institut Pasteur à Shanghai, et les liens tissés avec les grandes écoles françaises se sont révélés riches de coopérations futures. L'ouverture d'un Centre culturel français à Pékin et de plusieurs nouvelles Alliances françaises en Chine (Xian et Dalian) en ont également témoigné. Les premiers échanges entre institutions culturelles françaises et chinoises réalisés au cours de l'Année de la Chine en France se sont développés pendant l'Année de la France en Chine, avec plusieurs manifestations organisées au titre de la réciprocité, et se poursuivant au-delà des Années croisées.  

Fruit d'une nouvelle coopération entre les deux pays, l'Année de la France en Chine a bénéficié d'une mobilisation conjointe des autorités chinoises et françaises, nationales et locales, des institutions culturelles, éducatives et scientifiques des deux pays, mais aussi de nombreuses entreprises qui ont souhaité s'associer à cette opération sans précédent dans le cadre du développement du partenariat entre la France et la Chine.

L’Année de la France en Chine a été organisée :

  • en France par le Commissariat général des Années France-Chine, le ministère des Affaires étrangères, le ministère de la Culture et de la Communication, et l’Association française d’action artistique (aujourd’hui Institut français), avec le soutien du Comité d’honneur de l’Année de la France en Chine

Président : Jean-Pierre Angremy

Commissaire général : Alain Lombard

  • en Chine par le Comité d’organisation chinois des Années France-Chine et le ministère de la Culture

Président : Sun Jiazheng

Commissaire général : Lu Jun

 

Le Comité d’honneur français de l’Année de la France en Chine, présidé par Henri Proglio, président de Véolia Environnement, était composé des entreprises Airbus, Air Liquide, Alcatel, Alstom, Areva, BNP Paribas, Carrefour, CMA CGM, CNP, EDF, France Telecom, Groupama, Groupe Dassault, Lagardère, LVMH, Michelin, Pierre Fabre, PSA Peugeot Citroën, Renault, Saint-Gobain, Schneider Electric, Safran, Sodexho, Thalès, Thomson, Total, Véolia, Vinci et Air France, transporteur officiel de l’Année de la France en Chine.