Image
Arnaud des Pallières
© DR
Programmation
Cinéma

Cycle Arnaud des Pallières

Membres du réseau diplomatique français
Coup de projecteur en 3 films sur une des œuvres les plus originales du cinéma français contemporain : « Le Parc », « Michael Kohlhaas » et « Orpheline ».

Arnaud des Pallières s’est formé intellectuellement et esthétiquement pendant les années 70, découvrant le cinéma à travers les films de Pasolini, Syberberg, Oliveira, Debord, Godard, Duras, Antonioni et Mekas. Scénariste et monteur de ses films, il construit depuis les années 90 une œuvre partagée entre fictions et essais documentaires.
Il affirme une singularité absolue dans le paysage plutôt académique du cinéma français : une méthode de travail solitaire, presque artisanale, une prédilection pour les grandes questions morales, politiques et philosophiques, une écriture cinématographique expérimentale entrelaçant reprise de textes, d’images, boucles visuelles, sonores. Arnaud des Pallières se définit comme un agenceur qui recycle ce qui existe déjà pour tisser de nouveaux motifs et susciter de nouvelles interprétations.

« Le Parc » est présenté en 2008 à la Mostra de Venise, adapté d’un roman de l'écrivain américain John Cheever, Parc, avec Sergi Lopez et Jean-Marc Barr, évoque la confrontation violente de deux voisins dans le Sud de la France. À travers leur lutte sans merci, le film dépeint l’entre-soi cannibale des privilégiés, à l’heure du sarkozysme triomphant.

 

« Michael Kohlhaas », d'après la célèbre nouvelle de Heinrich von Kleist, avec Mads Mikkelsen, Bruno Ganz et Denis Lavant. Le scénario marque sa première collaboration avec la scénariste Christelle Berthevas. Il raconte la violente quête de justice d’un marchand de chevaux lésé, en lutte contre le système féodal, dans les Cévennes du XVIe siècle. Ce film épique, selectionné en compétition officielle à Cannes (2013), permettra au cinéaste de toucher pour la première fois un large public.

 

« Orpheline », avec Adèle Haenel, Adèle Exarchopoulos, Gemma Arterton, Nicolas Duvauchelle, Jalil Lespert et Solène Rigot, est son cinquième long métrage pour le cinéma. Portrait d'une femme à quatre époques de sa vie (inspiré par les années d'enfance et de jeunesse de sa co-scénariste Christelle Berthevas), joué par quatre actrices différentes, il reçoit le Bayard d'Or du meilleur film au Festival de Namur 2016, ainsi que le Bayard de la meilleure comédienne, attribué conjointement à Adèle Haenel, Adèle Exarchopoulos, Solène Rigot et Vega Cuzytek.