Image
“Tower of the wind” - Murr tower, Beirut, Lebanon - 2018
Crédits
© Elie Abou Jaoudeh

Jad el Khoury

Liban
Du 9 juillet 2021 au 4 septembre 2021
Jad el Khoury est lauréat 2021 du programme de résidences de l’Institut français à la Cité internationale des arts.

BIOGRAPHIE

Jad El Khoury est un artiste libanais, actuellement en master Art et Espace Public à l’Académie nationale des arts d’Oslo (Norvège). À travers son personnage fictif PotatoNose, il décrypte avec humour son environnement et s’empare de l’espace public pour créer. La thématique de la guerre civile du Liban revint régulièrement dans ses œuvres, une guerre qu’il n’a pas directement vécue mais qui a laissé des traces encore visibles aujourd’hui. Jad El Khoury a entamé une série d’interventions appelée « War Peace » (2016-2018) pour recouvrir les cicatrices de la guerre présentes sur les façades d’immeubles délabrés. Il a notamment peint des illustrations colorées sur le bâtiment criblé de balles « Holiday Inn », symbole de la guerre à Beyrouth. Plus récemment, Jad El Khoury s’est emparé d’un autre bâtiment abandonné qui surplombe le centre-ville de Beyrouth, « Burj El Murr », utilisé comme base militaire pendant la guerre. Devenue la tour de l’amertume au Liban, Jad El Khoury a souhaité lui redonner vie en installant des rideaux colorés qui ondulent au vent, d’où le titre de l’installation « Burj El Hawa » (Tour du Vent). Au cœur de sa réflexion se trouve la notion d’espoir, une volonté non pas d’effacer le souvenir de la guerre mais d’apporter un peu de joie et de couleur grâce à l’art.

PROJET DE RÉSIDENCE

Durant sa résidence à la Cité internationale des arts, Jad El Khoury documente l’impact créé par l’art urbain. Partant du constat que les institutions culturelles et galeries d’art restent encore largement en marge de l’art urbain, et ce malgré l’intérêt croissant du public et du marché de l’art à l’égard des street artists, Jad El Khoury souhaite questionner la pertinence d’exposer l’art urbain entre quatre murs. La documentation lui parait un moyen privilégié de pérenniser les installations éphémères créées dans l’espace public et assurer un témoignage pour les générations futures.

“Tower of the wind” Derivables – Farm cultural park, Sicily, Italy – 2019 © Danielle Karam
“Tower of the wind” Derivables – My grand parents house, Kfarnis, Lebanon – 2020 © Domenico Ghirotto