Image
Le temps du Maroc
Crédits
© DR

Le Temps du Maroc

France
Maroc
Du 1 janvier 1999 au 31 décembre 1999
Avec quelques deux cents manifestations organisées en 1999 aussi bien à Paris qu’en régions, l’Année du Maroc a eu pour ambition de présenter en France la diversité de la culture marocaine dans ses différentes formes d’expression.

Parmi les temps forts de la programmation, on peut citer la spectaculaire installation en plein Paris, place de la Concorde, d’une reproduction monumentale de la Porte de Meknès, Bab Mansour, ainsi que plusieurs expositions d’envergure : « Maroc, les trésors du royaume : 6.000 ans d'art » au Petit Palais ; « Matisse et le Maroc » à l’Institut du monde arabe ainsi que, toujours à l’IMA, « Les écrivains et l’appel du Maroc », une reconstitution originale des lieux ayant inspiré Pierre Loti, Elias Canetti ou encore Jean-Marie Gustave Le Clézio. Le Musée national Eugène-Delacroix a également accueilli une série de peintures réunies autour du chef-d’oeuvre de Delacroix, « La Noce juive », accompagnée d’une présentation de manuscrits, de parures et de bijoux.

A côté d’une manifestation rassemblant les plasticiens contemporains les plus connus du Maroc, les œuvres de Farid Belkaïa ont été présentées conjointement au Musée d’art moderne et d’art contemporain de Nice et au Musée des arts d’Afrique et d’Océanie (Paris). Le Maroc a également été l’invité d’honneur du Salon d’automne de Paris.

Treize expositions de photographie ont également figuré au cœur de la programmation : « Les salles de cinéma au Maroc » ou « Albums marocains » (respectivement à la Cinémathèque de Toulouse et à Bastia, et à la Fnac Montparnasse) ; « Le Maroc d’hier et aujourd’hui » à l’hôtel de Sully (Paris) ; « Figures du Maroc » au couvent des Cordeliers (Paris), à Reims et à Bordeaux ; ou encore « Gabriel Veyre, un regard sur le Maroc, 1901-1936 » à la galerie l’Entretemps du Bon Marché (Paris).

Avec « Marocains à Paris », Nabil Mahdaoui a livré, au couvent des Cordeliers et à Bastia, le fruit de six mois passés à tenter de capter l’image de l’immigration marocaine dans la capitale française. L’exposition « Autochromes du Maroc » a enfin été l’occasion d’un moment de partage entre jeunes Marocains et Français, les premiers présentant leur pays aux seconds, au Musée Albert-Kahn (Boulogne-Billancourt).

Quelques expositions plus insolites ont également été organisées : l’une d’elles a porté sur des affiches publicitaires, « Affiches orientalistes » et s’est déplacée dans plusieurs villes : Espace Landowski de Boulogne-Billancourt, Musée de l’imprimerie de Lyon ; Bastia, Marseille, etc. L’exposition « Maroc, l’esprit de l’eau » a été présenté à la Cité des Sciences et de l’Industrie (Paris), ou encore « Leclerc au Maroc, 1926-1947 », qui rendait à la fois hommage au maréchal Leclerc et à l’effort de guerre marocain pour libérer la France pendant la seconde guerre mondiale, au Mémorial du maréchal Leclerc (Paris).

 

Spectacle traditionnel marocain, une fantasia a eu lieu au petit matin dans le jardin des Tuileries, dans le cadre du Festival Paris Quartier d’été. Elle a inauguré la série de spectacles des « Enchanteurs marocains ». Le Théâtre national de Chaillot (Paris) a présenté la pièce « L’Oiseau de lune », entièrement écrit et interprété par des acteurs marocains, partis ensuite en tournée à travers toute la France. La Cité de la musique, la Maison des Cultures du Monde et la Grande Halle de La Villette (Paris)  se sont également associés à travers une riche programmation musicale.

Le cinéma a enfin été à l’honneur à l’Institut du monde arabe avec une sélection des meilleurs films du pays, tandis qu’une Caravane de la littérature et du livre marocains parcourait la France jusqu’au mois de juin. Un bus aux couleurs du Maroc a ainsi exposé les quelque deux cents titres choisis pour donner une idée de la production éditoriale de ces dernières années, et fait voyager une équipe composée d’auteurs, de libraires, d’éditeurs et de musiciens venus promouvoir leurs œuvres.

« Le Temps du Maroc » a été organisé :

  • pour la France, par le ministère des Affaires étrangères, le ministère de la Culture et de la Communication et l’Ambassade de France au Maroc, et mis en œuvre par l’Association française d'action artistique (aujourd’hui Institut français)

Président : Jean Bernard Raimond Commissaire général : Frédéric Mitterrand

 

  • pour le Maroc par le ministère des Affaires étrangères

Président : Abdellatif Berbiche Commissaire général : Tajeddine Baddou