Image
L'Homme debout
© MC Monin
Programmation
Pluridisciplinaire

Saison de la France au Japon 2021-2022

Professionnels étrangers / Professionnels français
Initialement prévue d’avril à octobre 2021, la Saison de la France au Japon est reprogrammée en raison de la crise sanitaire liée à la Covid-19 et du report en 2021 des Jeux olympiques et paralympiques de Tokyo. Elle se tiendra désormais d’octobre 2021 à mars 2022.

La Saison de la France au Japon se déroulera sur tout l’archipel japonais, d’Okinawa à Hokkaido. A travers une programmation innovante et participative, cette Saison sera représentative de la diversité de la création artistique française, mais également scientifique, culinaire, touristique ou entrepreneuriale, et mettra tout particulièrement à l’honneur le foisonnement et les coréalisations franco-japonaises. Elle s’adressera à tous les publics.

Cliquez ci-dessous pour consulter les modalités de dépôt de projet.
Modalités

Critères

L’Institut français ne pouvant être ni diffuseur ou tourneur, ni producteur, ni programmateur, les personnes voulant présenter un projet au Japon (artistes, chercheurs, enseignants, chefs, entrepreneurs…) devront également être accompagnées par un porteur de projet français (structure, compagnie, etc.) et un porteur de projetjaponais.Ils seront issus d’un dialogue déjà établi et résultant d’une construction conjointe avec des partenaires japonais. Toute diffusion stricto-sensu ne sera pas retenue.

Les projets proposés pourront s’inscrire dans tous les domaines d’échanges entre nos deux pays : économie (y compris responsabilité sociale et économie sociale et solidaire) ; art de vivre, gastronomie et consommation responsable ; arts et culture (y compris patrimoine, jeux vidéo), éducation, enseignement supérieur, sciences et recherche (y compris nouvelles technologies et intelligence artificielle), sport (y compris e-sport) et tourisme.

Les projets soumis à la validation du Comité d’organisation devront impérativement déjà disposer d’un partenaire japonais identifié etrépondre au minimum à l’un des critères définis par la Commissaire générale, à savoir :

· refléter les aspects créatifs et innovantsde nos sociétés contemporainesen privilégiant les collaborations et coproductions franco-japonaises pouvant se dérouler dans des lieux inhabituels, espaces publics compris ; 

· explorer les contours possibles d’un futur à visage humain, plus inclusif, plus citoyen, plus solidaire ;

· favoriser le collaboratif et le participatif, notamment de la société civile et des jeunes générations dans un esprit de faire-ensemble.

 

Outre ces critères, une attention particulière sera accordée aux projets :

  • qui développeront des actions de médiation à destination du grand public japonais mais aussi des publics nouveaux ou plus spécifiques(élèves, étudiants, publics éloignés…). Ces actions pourront prendre des formes diverses(visites, ateliers, ressources et application en ligne, rencontres avec des artistes et intervenants) :
  • présentés hors de Tokyo, dans les grandes métropoles japonaises et zones rurales ;
  • témoignant dans le montage et la réalisation d’une volonté de réduire l’impact environnemental.

 

 

Modalités pour soumettre un projet 

Si votre projet répond à ces critères, nous vous invitons à contacter par courriel le Commissariat général (voir contacts en bas de cette page)en envoyant un pré-projet indiquant impérativement au minimum :

- une courte présentation de votre structure (+ contacts)

- le nom de la structure japonaise partenaire (+ contacts)

- les dates de votre projet

- le titre

- un descriptif détaillé de votre projet

- le.s public.s visé.s

- votre expérience dans le montage de projets au Japon

 

Sur la base de ces informations, et si votre projet répond bien aux critères définis ci-dessus, le Commissariat général prendra contact avec vous, et pourra vous proposer de déposer formellement une demande de labellisation selon des procédures qui vous seront alors communiquées (il vous sera notamment demandé de transmettre un budget prévisionnel de votre projet, équilibré en recettes et en dépenses).

Ce projet sera ensuite présenté lors d’un des Comités d’organisation (voir calendrier ci-après) qui statuera sur sa labellisation.

Merci de noter que la labellisation n’entraîne en aucune manière l’attribution d’un soutien financier de la part de l’Institut français ou de ses partenaires.Celui-ci est conditionné à l’intérêt porté par le Commissariat général à votre projet, son adéquation aux critères indiqués ci-dessus, et la validation du Comité d’organisation de la Saison.

En savoir plus sur les demandes de labellisation dans le cadre des Saisons :

https://www.pro.institutfrancais.com/fr/faq/les-saisons

 

 

Nos deux pays se connaissent bien et comptent respectivement des experts et spécialistes de la culture de l’autre, tant dans ses formes historiques que contemporaines. Néanmoins,dansce contexte de post-crise où nos habitudes sont bousculées et les priorités revues au regard de la pandémie, de la crise économique et humaine qu’elle génère,la Saison ne pourrait reprendre à l’identique et ne saurait avoir pour seul objectif le rayonnement de la culture française. Elle sera encore davantage une plateforme d’échanges, de dialogues et de rencontres pour approfondir ensemble cette relation déjà exceptionnelle.

 

Commissaire générale de la Saison de la France au Japon : Diane Josse

Le contexte de la Saison

Au cours de la visite officielle du Président Macron en juin 2019, la France et le Japon ont renouvelé et renforcé le partenariat stratégique qui lie nos deux pays depuis 2013. Fondé sur une communauté de valeurs, ce partenariat met en avant nos positions conjointes sur la politique internationale (paix et sécurité) et l'économie innovante et numérique, pour une nécessaire transition énergétique et responsable et pour la culture au sens large, en vue de développer la mobilité des étudiants, des créateurs, des chercheurs et des sportifs.

Si le Japon fascine - comme en témoigne le grand succès de « Japonismes 2018, âmes en résonnance » (3 millions de visiteurs) - notre pays conserve sur l’archipel une image forte et positive mais qui demeure quelque peu désuète.

Sans tourner le dos aux fondamentaux de notre représentation dans l’imaginaire japonais, à ce passé riche en relations, le véritable défi de la Saison sera de servir de plateforme pour renouveler cet onirisme en s’orientant d’emblée sur la création contemporaine et l’innovation.

La Saison s’inscrit de plus dans une conjoncture de grands rendez-vous internationaux dont nos pays vont respectivement assurer la responsabilité :

  • Organisation en 2019 du G20 au Japon et du G7 en France
  • Coupe du monde de rugby au Japon en 2019 puis en France en 2023
  • Jeux olympiques et paralympiques au Japon - reportés à l’été 2021-  puis en France en 2024

Elle s’attachera à jouer un rôle de relais entre ces rendez-vous mondiaux.

D’un héritage partagé à un monde à construire ensemble?

"On ne va pas changer de monde, mais en même temps, toutes les activités seront modifiées" répondait Hubert Védrine ; et Bruno Latour de lancer « la dernière des choses à faire serait de reprendre à l’identique tout ce que nous faisions avant » mais nous aurons à nous interroger, « tirer les leçons du moment que nous traversons, interroger le modèle de développement dans lequel s’est engagé notre monde depuis des décennies » soulignait Emmanuel Macron le 12 mars dernier. C’est pourquoi, les dimensions participatives, réflexiveet innovante seront particulièrement encouragées dans la programmation de cette saison de la France au Japon.

Nous devrons interroger le monde que nous souhaitons vouloir faire naître de cette crise et les changements qui pourraient s'opérer, repenser les choses sur une plus large échelle car le virus ne s’arrête pas aux frontières et les sociétés du monde entier sont totalement interdépendantes.

La Saison, outil de dialogue interculturel et mode privilégié de rapprochement, nous y oblige et devra contribuer à cette réflexion.

Les sociétés françaises et japonaises, à la fois très proches et partageant un certain nombre de valeurs, mais foncièrement différentes dans leur rapport à l’individu et au collectif, chercheront à faire dialoguer Français et Japonais sur les responsabilités sociales et sociétales de chacun, pour interroger l’après, l’après-après et le futur d’un vivre-ensemble que nous nous souhaitons. Elle renforcera certaines orientations déjà sous-jacentes telles que les questions d’éthique, de bioéthique, d’environnement, de recherche et d’expérimentation participative dans tous les domaines - qu’ils soient culturel, scientifique, éducatif, économique ou sportif - dans un esprit de dialogue avec les publics japonais, en particulier avec les jeunes générations.

Tout projet devra se positionner sur un mode réflexif et cherchera à s’interroger plutôt qu’à répondre sur le monde qui vient, les nouveaux territoires, la transition même si personne ne peut prétendre savoir à quoi ressemblera le monde d’après, chacun pourra pour autant librement imaginer le monde de demain.

Enfin, si les relations et collaborations franco-japonaises sont déjà bien développées, notamment dans les domaines artistiques, il n’y a pas pour autant d’accords institutionnels. La Saison devra laisser un « héritage » sous la forme, par exemple, d’un fonds franco-japonais dédié au soutien aux chercheurs, créateurs, makers (culture contemporaine tournée vers la technologie et la création en groupe) et start-up ou fablabs favorisant l’approche communautaire, collaborative et le partage de connaissance en réunissant des savoir-faire et expertises divers. Cet accord devra permettre de conforter cette relation et de la développer au-delà du temps de la Saison, au service de notre coopération bilatérale.

Aussi, la Saison visera, comme initialement proposé à :  

  • refléter tous les aspects créatifs et innovants de la France contemporaine et embrasser le plus largement possible tous les domaines d’échanges entre nos deux pays : économie, sciences, gastronomie, arts et culture (y compris le patrimoine), éducation, enseignement supérieur et recherche, sport, tourisme et art de vivre au travers de manifestations grand public ou des colloques et rencontres de haut niveau ;
  • à renouveler l’imaginaire que notre pays invoque pour nombre de Japonais en présentant notre capacité d’innovation dans tous les domaines notamment au travers des industries culturelles et créatives et d’approches innovantes (recherches scientifiques, mutations technologiques, interrogations sur les approches sociétales) et interroger ce que pourrait être notre monde de demain voire dessiner les contours d’un futur plus désirable ;
  • à développer de nouveaux partenariats axés sur la créativité et l’innovation dans ses aspects les plus contemporains pour engager, dès l’origine des projets, des perspectives pérennes pour notre coopération à long terme. Elle sera un espace d’expression et de visibilité pour les créateurs contemporains de la génération émergente.

 

Calendrier prévisionnel des Comités d'organisation

  • 1er Comité d’organisation : du 13 au 21 janvier 2020
  • 2e Comité d’organisation : du 5 au 13 octobre 2020
  • 3e Comité d’organisation : fin février 2021 (date à confirmer)
  • 4e Comité d’organisation : fin mai 2021 (dates à confirmer)

Merci de noter que le formulaire de dépôt de projet qui vous sera transmis par le Commissariat devra impérativement être renseigné un mois avant la date d’un Comité d’organisation indiquée ci-dessus. Ces informations vous seront communiquées par le Commissariat général si votre pré-projet est présélectionné.

 

 

Dates limites de dépôt de projet en ligne

  • pour le 2e Comité d’organisation : 20 septembre 2020
  • pour les 3e et 4e Comités d’organisation : dates à confirmer ultérieurement

Nous contacter

Pour joindre le Commissariat général de la Saison de la France au Japon, merci d’utiliser l’une des adresses suivantes en fonction de la discipline dominante de votre projet :

Pour les projets pluridisciplinaires, et toute question d’ordre général, merci d’utiliser l’adresse : franceaujapon@institutfrancais.com